Athletic Feet of Runner Positioned at Starting Block

Et si j’entreprenais ?

Non, non, non, je n’ai pas pris cette décision comme ça, d’un coup, en me levant un matin et en me disant « haha, ce serait bien chouette ». N’ayez pas peur ! C’est une idée qui est arrivée, au fur et à mesure, qui a eu et pris le temps de mûrir pour au final, faire d’un projet une réalité.

Je n’avais pas pour ambition de monter ma propre entreprise il y a quelques années. Je pensais qu’il fallait se sentir fort, sans faille et vraiment intelligent pour oser même l’envisager. Et non. Il suffit juste d’y croire.

Enfin non, pas exactement (Mais c’est une bonne base).

Il y a plusieurs paramètres qui m’ont poussée à entreprendre :

  • Les idées que j’avais en tête. Je suis convaincue qu’avoir des idées et oser les poser sur papier pour les développer, les structurer et choisir celle qui sort du lot pour partir dessus, c’est la clé et un bon point de départ.
  • Je suis optimiste. Bon, j’écris cet article un jour « sans » et du coup, ça flingue un peu mon argument mais oui, je pense qu’une bonne dose d’optimisme, ça a son importance quand on souhaite entreprendre car non, la vie d’entrepreneur, ce n’est pas rose, paillettes & confettis (oui, on vous a menti), c’est un poil différent quand même.
  • J’ai un entourage qui me soutient beaucoup. Et pourtant ça n’a pas été évident pour eux de me laisser partir vers cette voie. J’ai bien vu les regards bienveillants qui avaient peur pour moi. Mais leur soutien, c’est très important. Si vous avez le soutien ne serait-ce que d’une personne, soyez-en ravi car c’est primordial. D’ailleurs, on vous demandera souvent dans votre processus de création d’entreprise si vous êtes entouré(e) et soutenu(e).
  • J’ai de l’ambition. Sans avoir une ambition à toute épreuve, je veux y arriver, franchir les étapes, me dépasser, me surpasser, aller toujours plus loin et je pense que ça m’aide au quotidien.
  • Je m’étais forgée une expérience. Je me lançais dans un domaine que je connaissais puisque c’est celui de mes études et celui de mes premiers jobs. Je savais donc que je n’étais pas là par hasard et que j’avais une certaine légitimité à lancer un projet dans ce domaine.
  • J’avais déjà testé mes idées sur la toile. Je ne me jetais pas non plus dans la gueule du lion, deux sites étaient déjà en ligne depuis un petit moment mais toute l’idée autour était nouvelle (oui j’ai quand même un peu bossé hein).
  • J’ai exposé mon projet plusieurs fois. Entreprendre, c’est oser. Et moi qui avais du mal à aligner 3 mois quand je faisais des exposés en CM2 (et à la fac aussi, oops), je me suis retrouvée un jour, face à 20 paires d’yeux qui me scrutaient en train de me débattre à expliquer mon projet. C’était en octobre 2013, je présentais pour la première fois mon projet devant des professionnels (juriste, banquier, conseillers,…), j’ai bafouillé, j’ai rougi mais je suis allée au bout. Et au fur et à mesure des présentations, j’ai affiné mon projet et surtout, je me suis sentie plus à l’aise. Ouf.
  • J’ai écouté les remarques. Pas toujours facile car on a l’impression que comme c’est notre idée, on saura mieux la gérer que tout le monde mais non, c’est faux. Plusieurs fois, je me suis braquée et après je me suis dit « mais bien sûr, c’est évident, oops ». Au fur et à mesure, j’apprends à avoir une oreille plus attentive. Mais attention, toutes les idées ne sont pas bonnes à réaliser, attention. Vous avez quand même le dernier mot et vous êtes quand même à l’origine du projet, vous.
  • J’y croyais. Heu j’y crois toujours, je dirais même que j’y crois encooooore, c’est juste que je parle du moment où je me suis lancée. Je croyais que c’était possible, je croyais que ça allait le faire,…et j’y crois encore.
  • Mais j’étais réaliste aussi. Je pouvais me casser la gueule, ne pas y arriver, galérer et en démordre avec l’administration. Oui c’était le risque, mais je l’avais bien mesuré.

Ce n’est pas parce que vous ne vous plaisez pas dans votre boulot que vous n’aimerez pas entreprendre, ce n’est pas parce quon vous dit que c’est une mauvaise idée qu’il faut abandonner, ce n’est pas parce que c’est nouveau que c’est forcément bizarre. NON.

Osez en parler, osez poser vos idées sur un papier, osez prendre le temps et ne pas vous précipiter et vous verrez si vous souhiatez vraiment entreprendre. Alors, et si vous aussi vous décidiez d’entreprendre ?


Et vous, pourquoi avez-vous décidé ou souhaitez-vous entreprendre ?

Comments:0

Laisser un commentaire